31/01/2004

Art. 15 : Rotterdam 5 : mon cousin Suly (Süleyman), un homme exemplaire en peu d'exemplaires

Pour terminer le récit de cette journée à Rotterdam, un grand merci à mon cousin Suly. Sans lui, Sevil aurait difficilement fait en 2 jours ce que nous avons pu faire en 4 heures. Suly est un homme charmant, sympathique, attentionné, compréhensif, responsable et très hospitalier (oui oui, je sais que c'est incroyable, mais ça existe aussi ! lol). Merci à lui pour avoir été si accueillant et disponible.

Rendez-vous compte, on n'a jamais vraiment été en contact lui et moi durant mon enfance, étant donné la 100aine de kilomètres et les 6 ans d'âge qui nous séparent, et ça faisait facilement 15 ans que je ne le voyais plus ! Il a suffit que ma cousine aille leur rendre visite en décembre, en famille, qu'elle se connecte de chez lui sur MSN, qu'elle ajoute son adresse dans ma liste de contacts, et hop, le tour était joué : en une discussion on se découvrait à nouveau avec Suly, et quelques temps plus tard, il venait nous rendre visite à Bruxelles, débutant une belle phase d'échanges humains lors de nos visites respectives. Voici donc une belle illustration des bienfaits des nouvelles technologies de la communication, lol. Suly, je suis fier d'avoir un cousin comme toi !

Hakannibal


19:06 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Art. 14 : Rotterdam 4 : Mes pouvoirs magiques (illustration N° 2), lol

Encore un autre pouvoir magique : celui de pouvoir renverser de belles potelles* (féminin de "poteau", lol), rien qu'avec la force de mon embrassage**, lolll

Hakannibal

* et ** : mdr, Vahd, mes mots inventés, c'est-à-dire les Hakanismes, n'entrent pas en compte dans la recherche de fautes d'orthographe ;-p


13:50 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Art. 13 : Rotterdam 3 : Mes pouvoirs magiques (illustration N° 1), lol

J'attendais l'occasion de vous en parler : j'ai des pouvoirs magiques ! Eeeh oui, un don qui me vient de l'enfance. Je sais par exemple faire léviter des objets. On était dans un mini-embouteillage dans la circulation de Rotterdam, et voilà que tout à coup, je commence à m'amuser avec cet arbre là-bas en face, parce que je la trouvais trop singulière : comme morte, mais pourtant vivante. Je suis entré en symbiose spirituelle avec elle, et elle s'est élevée quelques secondes dans les airs, en signe de salut. Mes amies ont d'abord eu peur, mais quand elles ont remarqué que ça venait de moi, elles se sont tout de suite rassurées, commençant dès lors à rire, encore une fois ;-)

Hakannibal


13:36 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Art. 12 : Rotterdam 2 : Quelle ville !

Aaaah, Rotterdam (je crois d'ailleurs que l'autre nom de cette ville est "Petterdam", car qui est rotteur, est aussi péteur (???"@&$*µ£ù%!!!) lol). Non mais sérieux, cette ville est trop belle, un joyau de l'architecture moderne. Quand j'y étais, j'avais presque honte de Bruxelles, tellement les nouveaux bâtiments ici laissent à désirer, comparés à ceux de là-bas. Vraiment, si de temps à autres, vous aimez vous prendre le temps de visiter d'autres villes, je vous conseille vivement de passer par Rotterdam, pour une journée ou un week-end. Une architecture diversifiée, originale et non oppressante : vous ne serez pas déçus !

Hakannibal

PS : photo prise dans l'enceinte des maisons en cube renversé. Ce site a une architecture très originale. Pour moi, ça ressemble à une ruche d'abeilles ;-) Imaginez-vous vivre là-dedans, vous verriez certainement le monde "sous un autre angle", lol. Ces maisons sont habitées !


13:21 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Art. 11 : Rotterdam 1 : Journée géniale, featuring Dilek & Sevil, with the special guest of Mister Suly :-)

Dimanche dernier (25/01/2004), suite à l'initiative de Sevil et sa cousine Dilek, nous nous rendions à Rotterdam. Sevil, étudiante en tourisme, devait effectuer un travail sur cette ville, pour ses cours. J'ai alors jugé utile d'appeler mon cousin Suly à notre aide, car vivant dans cette ville depuis son enfance, il la connaît "comme sa poche". Nous avons passé une journée délirante et avons pu effectuer les photos de tous les sites à visiter que Sevil avait listés préalablement. Une mission accomplie donc, et tout ça dans la bonne humeur. Dommage toutefois que la Princesse Esmaralda n'était pas des nôtres, elle nous a cruellement manquée. Dommage aussi que ma cousine Sultan n'a pas pu venir, j'aurais beaucoup voulu qu'elle nous accompagne ;-)

Sur la photo vous pouvez apercevoir Dilek (gauche) et Sevil (droite), deux amies originales avec qui on rigolait pour un rien et grâce auxquelles il n'y a eu aucune place pour l'ennui. On refait ça quand vous voulez les filles ! :-p

Hakannibal

PS : Dilek est diplômée en journalisme. Si un employeur de ce domaine passe sur ce blog, je ne saurais que trop le recommander de l'engager, car en plus de ses talents littéraires, elle a une manière très efficace et lucide de prendre des photos :-p. Quant à Sevil, les employeurs en tourisme devront attendre la fin de ses études pour se l'arracher ;-)


12:38 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Art. 10 : Joyeux 25ième Anniversaire, chère Saziye !

Une place spéciale à une grande amie à moi : miss Saziye. Une fille adorable, belle, intelligente et talentueuse (oui oui, je sais que c'est incroyable, mais ça existe ! lol). Je te souhaite un très joyeux anniversaire en ce 31 janvier, puissent le bien-être et le sourire ne jamais te quitter.

Tu as peut-être raison, en fin de compte, de ne pas m'autoriser à publier ta photo, ton charme attirerait le mauvais œil de ceux qui flasheraient sur toi, lol.

Hakannibal


12:04 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/01/2004

Art. 9 : Samedi soir…

Hééé qu'est-ce que je fous sur cette photo ? C'est quiiii qui m'a mis là-dessus ? lol. Si ma mère la voyait, elle piquerait une crise, mdrrr. Pour elle, l'amitié fille-garçon ne peut exister. C'est fou, les mères, elles sont tellement attachées à leur enfant chéri qu'elles en deviennent paranoïaques, genre, les filles risquent de détourner leur fils du "droit chemin", haaalala, lol. N'empêche, je parle de ma mère, mais beaucoup d'autres personnes n'y croient pas non plus, à l'amitié femme-homme. Ce sont d'ailleurs ces mêmes personnes qui se feraient l'idée, se basant sur la photo de cet article, que Djeyhan et moi serions ensemble. Je tiens donc à crever la rumeur avant même qu'elle n'apparaisse : je suis célibataire ! (et content de l'être, fiouuu, laissez-moi un peu respirer, bon sang ! mdr… je rigole ;-p).

Cette photo a donc été prise lors d'une soirée interculturelle greco-turque, à Anderlecht, samedi dernier (hommage à l'homme qui a pris cette photo, merci à lui pour celle-ci, mais aussi pour les quelques autres photos qu'il a prises de moi lors d'autres manifestations culturelles). Cette soirée est une très bonne initiative qui permet de réunir deux peuples qui sont crus en froid, mais à la vérité, les dissensions visibles dans l'actualité entre les deux pays sont purement politiques. Aussi bien les Grecs que les Turcs sont des peuples qui se respectent mutuellement, se reconnaissent l'un l'autre et se reconnaissent l'un en l'autre, vu les multiples points similaires qu'ils partagent, comme le décrit Djeyhan dans son blog. Il y a certainements des intolérants des 2 côtés, mais la majorité est bien loin de l'esprit belliqueux. Cette tendance fraternelle positive va d'ailleurs grandissant depuis quelques années maintenant. Heyy les Grecs, je vous aiiimeeeuuu, lol (et plus particulièrement les Grecques, hummm, j'ai envie de vous, lol).

Je n'ai malheureusement pas pu savourer l'ambiance de cette soirée, car y suis arrivé bien assez tard. Impossible de danser vu le monde sur la piste (entre autres, beaucoup de personnages politiques, trop marrant de les voir danser. Non pas pour la façon dont ils dansent, mais pour le comique de situation que cela génère, car on n'a l'habitude de les voir qu'à la télé, sérieux et tout ;-)). Toutefois, le groupe avec lequel j'étais (Djeyhan et compagnie) a eu la bonne initiative de poursuivre la soirée ailleurs et on a été délirer sur de la bonne R'n'B dans une petite boîte trop tranquille :-p.

Djeyhan (juste à ma gauche, sur la photo), sur la piste, sait vraiment délirer, loin du style de personne qui danse pour faire du show. Juste de la déconnade donc, pour se défouler et en rigoler, une des meilleures façons de s'amuser. Félicitations à toi pour être si "bon-vivant" ma grande, ça te va très bien ;-)

Hakannibal

PS : source de la photo : http://www.bel-turk.com/


23:13 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

24/01/2004

Art. 8 : Manger à la turque

Hier soir j'ai été voir le film "Le Dernier Samuraï". Le film m'a plu à moitié, dans le sens où je l'ai ressenti comme une grosse production commerciale vide d'émotions, comme on a malheureusement trop l'habitude de voir. S'ils ont cherché à refaire un film dans le style de "Gladiator", c'est raté. Toutefois, 3 éléments m'ont plus dans ce film : tout d'abord la musique, ensuite l'aspect militaire (coutumes des guerriers Samuraïs et stratégies de bataille), ainsi que cette phrase qui résume le héros du film : "celui en qui l'ancien et le nouveau cohabitent". Moi et tous les enfants issus de l'immigration sommes des êtres en qui l'ancien et le nouveau cohabitent. De chacune des cultures qui composent son entourage, chacun distille évidemment ce qui lui convient pour se constituer sa propre culture personnelle, mais dans le fond, le résultat est là : une richesse culturelle, pour ceux qui arrivent toutefois à garder leur lucidité et leur force durant les phases de leur existence où ces cultures en viennent à s'opposer.

Dans la culture turque, j'ai moi aussi distillé ce qui me plaît, me touche ou convient à ma logique. Je précise bien MA logique, car je conviens qu'il peut y avoir plusieurs logiques différentes. Les arguments constituant la mienne ne sont donc pas à prendre comme des tentatives de jugements indirects des autres coutumes, je ne les exprime que pour faire connaître à ceux dont la culture personnelle est différente, la manière dont je conçois et vis ma culture personnelle.

Parmi les choses que j'ai gardées de la culture turque donc, me basant sur la photo ci-dessus, je peux citer le fait d'enlever les chaussures dans la maison (primordial pour avoir le sentiment de pouvoir enfin se relaxer : on est chez soi). Par ailleurs, chez moi, on mange par terre, et j'adore ça ; tout d'abord parce que j'y suis habitué, mais aussi pour la symbolique respectueuse que cette coutume comporte vis-à-vis de la nourriture que nous avons la chance d'avoir "à table" (interprétation personnelle). Enfin, venons-en au petit déjeuner, qui est indispensable pour tous ceux qui y sont habitués depuis leur enfance. Ce que vous pouvez voir sur la photo, c'est du thé (industriel, certes, mais du thé quand même ;-), du fromage blanc turc, du fromage à l'ail et fines herbes (j'adooore), du gouda, du saucisson turc (terriblement bon ;-)), de la délicieuse confiture fait-maison par mes parents l'été dernier en Turquie , et enfin, des délicieux toasts, soit au fromage, soit au saucisson, mais assaisonnés avec l'indispensable purée de tomates ! Essayez chez vous, vous verrez comment avec des astuces simples on peut réaliser des repas copieux :-p. Ok, d'accord, les Turcs traditionalistes parleront de sacrilège à cause de l'absence des olives, mais je n'en avais plus ! lol.

Bref, ce jeudi 24 janvier 2004, mes valeureux hôtes et moi-même avons passé un moment de régal. J'ai eu beaucoup de plaisir à les accueillir à la maison, car on a pu avoir des discussions très riches entre hommes, la femme n'étant là que pour nous servir. D'ailleurs elle a failli à son devoir en posant pour la photo alors qu'elle était en plein travail (elle s'est arrêtée à la moitié de mon verre, alors qu'elle devait le remplir !), ce qui lui a valu un ferme avertissement de ma part. Mais je rigooooooole, lolll. Ca m'a fait plaisir de revoir la majestueuse Djeyhan (que je connais maintenant depuis plus d'un an), et j'ai été ravi de rencontrer un de ses amis les plus proches : le vaillant Vahd. Vous pouvez aller consulter leurs blogs en cliquant sur les liens repris dans la liste ci-dessous à droite de la page.

Toutefois, je n'ai pas compris deux choses : -1- depuis quand vendent-ils du gouda et des saucissons turcs chez H&M ? -2- Comment se fait-il que le grille-pain, qui a toujours fonctionné fidèlement depuis que j'ai l'âge de savoir ce qu'est un grille-pain, a précisément lâché ce jour-là ? mdr (j'ai dû aller emprunter le grille-pain de mon frère qui habite à côté, lol). Je suis en quête de réponses, que celui qui est pris de lucidité pour comprendre ces deux phénomènes me fasse part de ses trouvailles ;-).

Hakannibal, la communauté de ceux en qui l'ancien et le nouveau cohabitent ;-)


14:18 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

Art. 7 : La Orde d'Or dans ton oreillaaa, Hakannibal kulaginda !

 

 

 

 

 

 

 

Représentant du hip-hop bruxellois, je reviens en force,

Pose ta tête sur mon torse,

Ecoute mon coeur et sa force,

Inspiré par mes sources, à rester honnête je m'efforce,

De retour sur scène alors que l'ambiance, à tort, se corse,

Lorsque le monde surenchérit dans l'immonde et l'atroce,

Il convient de ne pas se contenter de faire l'albatros,

Ne juge pas la sève qui coule en moi si tu ne vois que mon écorce,

La symbolique que j'utilise n'est pas du morse,

Morsure à l'âme, ceci est une révolution mentale que j'amorce,

 

Bruxelles est la ville dans laquelle on excelle,

On la sillonne un peu partout d'Anderlecht à Ixelles,

Bruxelles est la ville dans laquelle on excelle,

Voici le produit de notre excès de zèle,

 

Haydaaa, est-ce que tu me suis ?

Je viens m'incruster ici avec mon sabre à l'appui,

Je n'espère pas de meilleurs lendemains en jetant des pièces dans un puits,

Le temps est à la pluie,

Les larmes du firmament s'accumulent en monceaux

De Bizet à Clémenceau,

Souffle une bise, un vent froid d'égoïsme dans ce climat de suspicion,

Les sages concernés sont consternés, nous voilà en mission,

Après chaque appréciation,

Pourquoi ai-je l'impression,

Que l'on vit sous la pression d'une sauvage fiction,

Qui alimente une réalité, une brutalité,

Qui devient une banalité,

S'acharnant telle une fatalité,

Que les générations qui suivront n'ont pas mérité d'hériter,

Il incombe aux MC's de raconter des vérités,

Mais beaucoup d'entre eux ne cherchent qu'à augmenter leur célérité,

Afin de devenir vite des silly-célébrités,

En direct du mille septante (1070),

Capte ces rimes qui te tentent,

Sorti de mon Sérail pour la bataille, me voici sous la tente,

Ma stratégie est prête, la Orde d'Or je représente,

Hakannibal sur le mic, avec mon sabre je ne plaisante,

 

Bruxelles est la ville dans laquelle on excelle,

On la sillonne un peu partout d'Anderlecht à Ixelles,

Bruxelles est la ville dans laquelle on excelle,

C'est ainsi que notre son dans ton oreille ruisselle.

 

Hakannibal, pour la Orde d'Or


14:08 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/01/2004

Art. 6 : "Ton coeur est libre, trouve le courage de le suivre"

Cette phrase est une des paroles clés de mon film préféré : BRAVEHEART. Ce film est exceptionnel, j'ai dû le regarder une 100aine de fois, à un point tel que j'y ai repéré une bonne 10aine de défauts de tournage, lol. Ce film m'a vraiment touché dans mon for intérieur, parce qu'il renferme un tas d'émotions différentes, qui s'enchaînent, voire s'imbriquent de manière à vous faire passer d'un état émotionnel à un autre sans un instant d'ennui. De plus, les acteurs (Mel Gibson, Sophie Marceau, etc…), judicieusement choisis, jouent trop bien leur rôle.

Un cocktail d'émotions donc, mais toutefois, âmes sensibles s'abstenir, car les scènes de guerre de ce film sont très violantes. On se sent littéralement sur un champ de bataille au Moyen-Âge, car le soucis de réalisme dans la production de ce film est à un niveau rarement égalé, à un point tel qu'on est pris d'empathie vis-à-vis de la hargne des combattants.

Ce film me touche aussi beaucoup dans la manière dont il a été filmé. Certaines scènes renferment un symbolisme tel que les images en deviennent des poèmes. L'exemple le plus frappant est la scène dont l'image est reprise ci-dessus. Lorsque William Wallace, le héros du film, se fait exécuter, on voit sa main (filmée d'en-dessous, de manière à ce que le ciel apparaisse en arrière-plan) lâcher le tissus, qui représentait sa rage et son courage pour persévérer dans sa cause. Le tissus tombe alors vers le sol, tandis qu'on devine l'âme de Wallace monter vers le ciel, pour aller rejoindre sa bien-aimée. La scène est filmée au ralenti, donnant l'impression que le temps s'arrête. C'est une des illustrations les plus fidèles de ce que j'appelle "une émotion intense, profonde et instantanée".

Braveheart est aussi un régal pour tous les amateurs de jeux de stratégie (j'en suis un :-p), de par les finesses stratégiques des batailles qui rythment le film.

Par ailleurs, la scène finale est pleine de subtilités : alors qu'elle pourrait laisser croire une fin tragique, en fait, Wallace remporte sa plus grande victoire lors de son dernier souffle de vie, car c'est son fameux cri "Liiibeeertééé" qui brise les derniers efforts de survie du Roi, le faisant décéder avant Wallace (alors que justement son désir le plus cher était de voir mourir Wallace avant lui). Encore une scène clé du film de par tout ce symbolisme.

Enfin, il est inconcevable de parler de Braveheart sans la magnifique musique qui l'accompagne. Un bouquet irrésistible de sons de cornemuses et de rythmes celtiques. J'en ai carrément fait la sonnerie de mon gsm, lol. Ce film mérite d'être vu rien que pour sa musique.

Bref, Braveheart est un des films que je recommande le plus vivement. Beaucoup de choses peuvent encore être dites, mais j'en ai déjà suffisamment parlé ainsi pour un article de blog ;-)

Hakannibal, coeur brave


16:01 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/01/2004

Art. 5 : Heureusement que tu es née, Hatice !

Le titre de cet article est la traduction de "iyiki dogdun" (lire "iyiki doghdoun", en turc), qui est l'équivalent du "joyeux anniversaire" en français. Heureusement que Hatice est née donc, une amie de Blois (France) qui a une générosité du cœur exceptionnelle. Chère perle de diamant, puisse la vie t'apporter tout le bonheur que tu mérites. Je souhaite que ce 29ième anniversaire de ton Histoire soit un tournant vers des événements de plus en plus positifs.

Hakannibal

PS : ton côté "diva" ressort très bien sur cette photo :-p


14:48 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Art. 4 : Zoyeux Zanniversaire Zezeee !

Voilà, j'avais dit que je parlerais aussi de mes ami(e)s sur ce blog, je commence la série avec quelqu'un qui a été là pour moi quand j'en ai eu besoin, quelqu'un de sensible et qui sait délirer ! Je vous présente donc Zeze, une charmante créature originaire d'Orléans en France. Elle fait apparition dans mon blog à l'occasion de son 22ième anniversaire (19/01/2004). Tous mes vœux les plus sincères à toi djano, non seulement pour ton anniversaire, mais aussi pour tes fiançailles (qui ont eu lieu ce week-end ! [au cas où tu l'aurais oublié, lolll]). Ton Prince a vraiment beaucoup de chance d'être tombé sur une femme comme toi. Que votre couple soit empli de magie, d'amour et de tous les ingrédients qui créent le bonheur. Robisouuuus ;-)

Hakannibal


11:33 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Art. 3 : Tu veux ma photo ou quoi ???!!!

Huh,

Faudrait que je vous parle de moi un peu. Mais alors juste un peu quoi. Vous imaginez si je vous racontais tout ici, je n'aurais plus rien à vous faire connaître de moi quand on se verra (c'est-à-dire jamais :-D lol). Non mais sérieux héé, sérieux, ma grand-mère m'a toujours dit qu'il fallait se dévoiler couche par couche, du coup quand je vais chez quelqu'un, je n'enlève que ma veste car en général, les gens n'ont qu'une seule couche (Hein ? Quoi ? Qu'est-ce qu'il a dit ?) lol.

Prénom : Hakan (c'est-à-dire Hakannibal)

Âge physique : 27 (de même que l'âge chimique, chimico-physique, biologique, et biochimique)

Âge psychologique : 27 (oui, j'en suis certain : j'ai dû passer des tests très sérieux pour déterminer cela)

Taille :

- sur ma jambe gauche : 180 cm

- sur ma jambe droite : 179 cm

Poids :

- avant de manger des frites ou un dürüm (pondération équivalente) : 74 kg

- après avoir mangé des frites ou un dürüm (pondération toujours équivalente) : 78 kg

- en mangeant des frites ou un dürüm (trop équivalete la pondération) :

                 {74 + x.[f]s*.dT}/dT ; [f]s* = S(M[f]+Q[s]m/f)/n[f]

f = frite ; [f]s* = frite standard ; dT = intervalle de temps ; S = somme ; M = masse ; Q = quantité ; [s]m = sauce moyenne ; n[f] = nombre de frites - Système d'unités : MKS

Cette formule est valable pour les frites uniquement. Pour les dürüms, il faut d'abord convertir votre dürüm en équivalents [nombre de frites standards].

Les choses que j'aime :

- manger des frites ou un dürüm

- faire des prouts

- tout ce qui est aimable (quelle feinte)

Les choses que je n'aime pas :

- les périodes sans frites ou dürüm excessivement longues

- tout ce qui pue (mon prout, c'est différent : ça pue bon !)

- tout ce qui n'est pas aimable

Ca suffit ainsi, si tu veux plus de renseignements à mon sujet ma tendre, longtemps encore tu devras attendre, lol.

Hakannibal


11:25 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/01/2004

Art. 2 : "Orgasme gastronomique"

Aaahhh, mmmmmhhh, encooore, oooh ouiii, miammmm... succulent n'est-ce pas ? Quoi ???!!! Vous ne savez pas ce que c'est ? Du moins vous voyez à quoi ça ressemble mais vous en ignorez le nom ? AAAAAAAAAAHHH !!! Ca, c'est un dürüm ! Ne pas savoir ce que c'est est un sacrilège pour tout habitant de Bruxelles de plus de 18 ans ! Chers ôtes qui n'habitez pas la Belgique et qui êtes déjà venus à Bruxelles, si vous êtes repartis chez vous sans avoir goûté à un dürüm, c'est que votre séjour n'a eu aucun sens !

Parce que vous n'aurez pas eu le plaisir,

De voir augmenter votre désir,

Au passage dans les environs d'un des snacks qui font de Bruxelles leur Empire,

Dans lequel vous seriez irrésistiblement entré pour vous assouvir.

 

Quel bonheur d'être émerveillé devant la viande en train de rôtir, les frites en train de frire,

S'impatienter en rêvant du moment où l'on va vous servir,

Où vous allez vous asseoir devant votre dürüm prêt à se faire saisir,

Par votre bouche qui va soudainement sévir.

 

Le moment venu, vous allez flasher,

Lâché comme une bête fâchée,

Vous allez rapidement mâcher chaque bouchée,

Au point même d'en boucher votre trachée !

 

Maaiiiss voyons, apprenez à découvrir les plaisirs cachés,

Les morceaux de dürüm peuvent certes être arrachés sans vous relâcher,

Mais sachez que plus à une mastication acharnée vous vous attachez,

Plus le réel plaisir que procure le dürüm a de risques d'être gâché.

 

Ce n'est pas le hasard qui vous a donné rendez-vous,

Avec ce pain mou, son contenu doux,

Cette sauce dégoulinante, qu'elle soit blanchâtre ou d'aspect roux,

De quoi faire des jaloux, de quoi vous rendre fou.

 

Alors allez-y lentement, prenez votre temps,

Savourez l'intensité de chaque instant,

Ressentez les émotions monter en vous, mêlant votre fragilité aux sentiments,

A votre tempérament de bouffeur puissant.

 

N'ayez alors pas peur des montées de température,

(sauf si c'est un snack qui sert des dürüms avec des ratures, lol),

Finissez ce dürüm qui vous a permis de vivre cette inoubliable aventure,

Remerciez enfin la Nature d'avoir aussi bien enrichi votre culture que votre pointure (oups ;-),

Finalement, en vous disant de manière relaxée "c'était ma première fois", sortez satisfait de cette friture.

 

Ceci était une introduction aux aventures du dürüm, la suite vous sera dévoilée dans les prochains épisodes de la trilogie que je prépare :-p

Hakannibal


15:23 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Art.1 : Saisissez vos émotions ! ;-)

Ne lisez pas la partie en italique de cet article, pas avant d'avoir bien regardé cette image. Elle m'inspire vraiment beaucoup, et un jour que j'étais en train de tchatter sur msn avec une amie, soudain j'ai commencé à lui décrire ce que j'y voyais. Je me suis tapé un délire en pleine conversation, elle n'a rien compris, lol.

Quand l'inspiration vient, il faut la saisir, alors mettez peut-être une douce musique relaxante, et laissez-vous guider par vos sens. Chacun y verra probablement des choses différentes, des détails qui n'apparaissent pas aux autres, car chacun est dans un état d'esprit différent, a un vécu différent.

Je retranscris ci-dessous ce que j'avais écrit spontanément durant le tchat sur msn, sans le modifier, ne tenez donc pas rigueur de l'écriture phonétique ;-p. Le but du jeu est donc de saisir vos émotions de manière instantanée, et d'aller au plus profond de vous-même. A partir de maintenant, ne lisez plus : cliquez d'abord sur la photo pour l'agrandir, ensuite sur le bouton de rédaction de commentaire, et laissez-vous aller..... à vos claviers ! ;-)

"Je scrute l'horizon,

et j'aperçois au loin, là-bas, ds les confins du crépuscule,

le soleil de l'espoir.

Les nuages sombres se dissipent,

la nature éveille ses disciples,

les dauphins dansent, jouent, et se jouent de ceux ki se contentent de regarder sans oser participer.

Mais ils n'en ont que faire : eux se laissent vivre, eux n'ont pas la barrière de la timidité.

Ils sont en parfaite harmonie avec la mer, voguant à travers ses vagues,

ki généreusement s'étalent sur les rivages, offrant un spectacle hors du commun à celui ki prête l'oreille et ouvre les yeux.

Mais sur un des rivages, la mer se fait calme, respectueuse de la belle ki dort sur sa plage et la recouvre d'une douce couverture d'eau,

en attendant ke son âme-soeur vienne la reveiller, pr finir par se transformer en dauphins, eux aussi."

Hakannibal, à la recherche d'émotions profondes et instantanées


15:08 Écrit par Hakannibal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |